Les informations fournies sur ce site ne remplacent en aucun cas  celles des neurologues  spécialisés. Elles sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et le professionnel de santé.


comprendre sa pathologie

 

la migraine est une maladie neurologique

 

Lors des consultations, faute de temps, ou impressionné, on oublie de poser des questions ou on n'ose pas dire qu'on a du mal à comprendre.

En s'appuyant sur des documents fiables, nous essayons dans ce document de vous donner avec des mots simples, les explications nécessaires pour comprendre les formes les plus fréquentes de la migraine. Car, en réalité, il n'y a pas une mais des migraines.

La migraine appartient à la catégorie des céphalées.

 

Pour poser le diagnostic, les médecins et les neurologues s'appuient sur une classification définie par des recherches et officialisée par L'IHS.International Headache Society. La Société internationale des maux de tête.

Pour poser un diagnostic de migraine toujours en tenant compte de votre état de santé et de vos antécédents médicaux, les médecins s'appuient sur 4 symptômes principaux. Pour établir le diagnostic, il n'est pas obligatoire de présenter tous ces symptômes en même temps. Par contre, le neurologue prendra en compte plusieurs d'entre eux.

  • Une douleur moyenne ou difficilement supportable.
  • la douleur dans la majorité des cas se situe d'un seul coté de la tête, le patient peut ressentir le plus souvent des pulsations comme des battements de cœur.
  • Une crise qui dure de 4h00 minimum à 3 jours si on ne prend pas de traitement (parfois plus).
  • Cette douleur devient plus forte si on fait un effort ou si on se déplace.

La migraine est aussi associée à d'autres phénomènes.

  • Des troubles digestifs, des nausées ou des vomissements.
  • Une sensibilité plus forte au bruit "phono-phobie", à la lumière "photophobie" les rendant bien souvent insupportable.

et parfois aussi

  • Des vertiges
  • des douleurs diffuses dans le corps
  • etc...

Tout ceci explique pourquoi les migraineux se réfugient dans une pièce sombre et silencieuse, s’allongent et essaient de bouger le moins possible pour essayer de rendre plus tolérable la crise.

 

Un migraineux sur 5 peut aussi ressentir une aura.

 

Aura

Juste avant la crise, le malade peut ressentir des troubles neurologiques. Ces troubles peuvent durer de 5 minutes à 1h. Le plus souvent ces troubles s’arrêtent une fois que le mal de tête est apparu. Dans de rares cas, ils continuent pendant la crise. A la fin de la crise, tout revient à la normale.

 

Il est admis que ces troubles ne présentent pas de dangers même s'ils peuvent être angoissants et gênants.

Cependant, devant tout nouveau symptôme, il faut consulter. Seul un médecin peut faire la part des choses entre la migraine et les autres possibilités.

 

Pendant l'aura on peut

  • Voir flou, voir des taches ou des éclairs, avoir du mal à voir sur le coté. Ce sont les troubles visuels. Ce sont les troubles qu'on rencontre le plus souvent.
  • Ressentir des picotements, des fourmillements, des sensations bizarres. Ce sont les troubles sensitifs.
  • Avoir du mal à trouver ses mots, à les prononcer correctement rarement se retrouver incapable de parler pendant quelques minutes. Ce sont les troubles du langage.
  • Très rarement, pour des formes de migraine très rares, on peut ressentir une faiblesse, un engourdissement important d'un coté du corps jusqu'à aller parfois à une paralysie. Ce sont les troubles moteurs.

 

Les phases de la migraine.

  • Prodrome. c'est une période qui peut commencer jusqu'à 2 jours avant la crise. Tous les migraineux ne la ressentent pas ou pas de la même façon. Le plus souvent on se sent très fatigué, on peut changer d'humeur, devenir déprimé ou se sentir en colère, très joyeux... On peut avoir envie de manger n'importe quoi, avoir besoin d'aller très souvent uriner ou au contraire ne pas réussir, diarrhée ou constipation etc (le cerveau commence à être perturbé).
  • l'Aura est décrite plus haut.
  • La céphalée est décrite plus haut.
  • Postdrome c'est la période après la crise. Le cerveau et le reste du corps ont besoin de récupérer. On se sent très faible et fatigué.

Qu'elle en est la cause ?

Les chercheurs ont fait de gros progrès dans la compréhension de ce qui se passe dans le cerveau et dans le corps lors de la migraine. Néanmoins, il reste encore beaucoup d’éléments qui n'ont pas encore d'explications tout à fait prouvées. Ce qui se passe lors de la migraine vient parfois en contradiction avec ce qui est enseigné aux médecins lors de leur formation (Dodick David). Le positif, c'est que partout dans le monde, des chercheurs s'activent. Il y en a moins que pour d'autres pathologies. Il est donc nécessaire de se mobiliser, de se montrer.

 

Voici ce qui est admis :

Pour la migraine classique

  • Le cerveau des migraineux réagit beaucoup trop fort à des stimulations que la plupart des gens supportent sans difficultés (bruit lumière ...). Ces stimulations trop fortes sont appelées des déclencheurs.
  • Il ne sont pas les mêmes chez tous les migraineux. Nous en parlerons dans la page Gérer sa pathologie.
  • Cette sensibilité exagérée active le système trigéminovasculaire composé des nerfs trijumeaux qui provoque la dilatation des vaisseaux (veines, artères...) du cerveau et une inflammation, ce qui active ensuite la douleur.

Ça ne suffit pas à expliquer tous les phénomènes de la migraine.

 

Pour la phase de l'aura.

 Le plus probable est ce que les médecins appellent une DPE, une dépression corticale envahissante ou une onde de dépolarisation. Comme si le courant baissait très lentement de la nuque jusqu'au front et de ce fait la plupart des migraineux avec aura ont surtout des troubles visuels, l'onde s’arrête dans la nuque, s'il elle va un peu plus loin on ressent des troubles sensitifs, puis des troubles du langage et ensuite très rarement des troubles moteurs.

Cela peut se constater à l'aide d'une IRM fonctionnelle lors d'auras spontanées. Ce type d'IRM est rare, cher et la possibilité d'avoir le rendez-vous juste au moment de l'aura est encore plus improbable. Voila pourquoi cet examen n'est pas proposé.

 

Ce que la migraines n'est pas

  • Une crise de foie. La migraine provoque des troubles digestifs. C'est la conséquence de la migraine et non la cause.
  • Une maladie psychosomatique. La migraine peut déclencher une déprime voir une dépression quand elle impacte fortement la qualité de vie. La déprime ou la dépression peuvent aussi être des déclencheurs, En aucun cas, la dépression n'est la cause de la maladie.

Qui est atteint ?

Est-ce une malade grave?

NON, elle n'est pas mortelle.

OUI, elle est invalidante pour un malade sur 4 au point parfois de rendre impossible toute activité professionnelle, de compliquer la vie sociale et familiale.

Sources :

INSERM- information - migraine

SFMEC : c'est quoi la migraine?

Docteur TURKNETT "en finir avec la migraine"

Interviews du Docteur VALADE https://youtu.be/mBS-qSDc9tw

INTERNATIONAL MIGRAINE FOUNDATION

WORLD MIGRAINE SUMMIT (en particulier, interventions du Docteur David DODDICK)

INTERNATIONAL HEADACHE SOCIETY

Docteur LANTERI-MINET

 

Vous trouverez les liens, la bibliographie ou les documents dans l'onglet "Pour aller plus loin"


juin 2019