handicap, invalidité migraine

Quand la fréquence et l'intensité des crises retentit sur votre vie au point de ne plus vous permettre d'exercer correctement votre activité professionnelle, le premier réflexe est de prendre rendez-vous avec votre Médecin du Travail. Vous pourrez ensemble analyser vos besoins, vos difficultés. Il pourra vous présenter les différentes alternatives. Trois principaux cas de figures se présentent.

  1. Vous pourriez continuer à exercer sous conditions d'obtenir des aménagements comme des horaires flexibles, un filtre anti-lumière bleue sur votre moniteur, un poste de travail peu lumineux avec des stores, peu bruyant...

La encore deux possibilités.

 

A / Négocier avec l'employeur avec l'appui du médecin du travail.

 B / Obtenir la reconnaissance de travailleur handicapé ou RQTH.

"Est considéré comme travailleur handicapé, toute personne dont les possibilités de conserver ou d'obtenir un emploi sont effectivement réduites par l'altération d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales ou psychiques."

 

Le dossier est à retirer ou à télécharger sur le site MDPH de votre département. Il est composé d'un formulaire que vous devrez remplir et d'un certificat médical à faire remplir par votre médecin.

 

La RQTH permet:

  • D'aider les personnes qui travaillent et leur employeur à aménager des conditions de travail adaptées à leurs capacités via les SAMETH ( Service d'Appui au Maintien dans l'Emploi des Travailleurs Handicapés ).
  • Aider les personnes dans la recherche d'emploi via les SAMETH. Le SAMETH peut être sollicité par le salarié, l'employeur, l'assistante sociale, le médecin du travail dans la plupart des cas.
  • Encourager l'embauche des travailleurs handicapés.
  • Offrir des opportunités de formation qualifiantes.
  • Permet aussi d'accéder à l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés. Toutes entreprises de plus de 20 salariés doit comporter 6% de travailleurs handicapés.

Lors de l'obtention de la RQTH, vous obtenez une fourchette de taux handicap par exemple "entre 20% et 50%". Un handicap à 50% peut vous offrir certains droits.

 

ATTENTION : la reconnaissance de travailleur handicapé n'ouvre pas droit à une allocation :

 

2. Invalidité : Votre capacité de travail est diminuée d'au moins 2/3. Vous êtes inscrit depuis au moins 12 mois à la sécurité sociale et vous pouvez justifier de 600h00 de travail au cours de l'année écoulée avant votre arrêt de travail. Vous pouvez être mis en INVALIDITÉ par la sécurité sociale.

Cela peut vous donner droit à une pension pour compenser la perte de revenu.

 

QUI PEUT FAIRE LA DEMANDE?

  • Vous ou votre médecin avec votre accord. Le médecin traitant rédige un certificat médical à adresser au Médecin Conseil de la CPAM.
  • Le Médecin Conseil peut vous convoquer pour faire le point sur votre situation après de nombreux arrêts maladies.

Dans tous les cas un formulaire est à remplir. Les assistantes sociales de la CPAM peuvent vous aider dans vos démarches. Vous pouvez les contacter sur votre compte Améli.

 

Attention l'invalidité est différente de l'inaptitude qui elle est prononcée par le médecin du travail et ne donne pas forcément droit à une pension d'invalidités.

 

3. l'inaptitude : Partielle ou totale est prononcée par le médecin du travail. Elle contraint le plus souvent l'employeur à vous proposer un poste plus adapté. Dans le cas où c'est impossible, le plus souvent vous êtes licencié. Les indemnités différent selon les entreprises, si vous faites partie de la fonction publique ou non... il est impossible d'évoquer tous les cas ici.

 

À la suite, ce licenciement, suivant votre situation, plusieurs cas de figure peuvent se présenter. Le mieux est de contacter une assistante sociale pour demander des conseils personnalisés.

 

Pour l'instant, à notre connaissance, il n'existe pas de disposition pour permettre aux personnes n'ayant jamais travaillé d'obtenir une source de revenu hormis le RSA.

 

 



octobre 2018