La fatigue

Un article rédigé par Miren Béhaxétéguy, bénévole à la Voix des Migraineux

Fatigue. LA fatigue. Ce symptôme dont personne ne sait que faire.

Les médecins eux-mêmes ne savent pas quoi proposer ou répondre à part de « prendre du repos ». De plus, certains y associent à tort une dépression inexistante.

Voici 6 types de fatigue que vivent les migraineux.

FATIGUE PRE MIGRAINE

Lorsque l’on se sent las.se et que la nuque nous tire, qu’un point douloureux apparaît lentement mais sûrement quelque part sur notre front etc. Elle arrive avec le prodrome, mais pas chez tous les migraineux. Certains connaissent un regain d’énergie. L’aura génère également une importante fatigue.

FATIGUE PENDANT LA CRISE

Au travail ou à l’extérieur, malgré la prise de traitement de crise (AINS, triptan, oxygène…), on ressent une baisse d’énergie telle qu’on sait qu’on n’arrivera pas à rentrer chez soi. On se déplace lentement car tout effort nous coûte.

Chez soi, cette fatigue se traduit simplement : par le fait de ne pas parvenir à se lever pour aller chercher la poche de glace dont on a tant besoin parce que la douleur nous épuise et nous tord ; lorsque l’on cherche désespérément le sommeil qui nous permettra de digérer le médicament et de laisser la tornade nous traverser.
On peut d’ailleurs se sentir terriblement fatigué et sans énergie et ne pas parvenir à s’endormir.

FATIGUE POST CRISE

Lorsqu’on a beau sentir que la douleur au crâne s’estompe, on est lessivé rincé essoré au point de ne pas pouvoir s’asseoir au bord du lit.
Lorsqu’on commence à lister dans sa tête tout ce qu’il faudrait rattraper… courses/ ménage/ rangement/ travail/ cuisine etc.
Lorsqu’en sortie de crise on essaye de “faire comme-ci” et on donne le change en s’activant (trop bien sûr). On ne parvient pourtant pas à reprendre le cours de sa vie, car la douleur disparaît, mais la fatigue et l’épuisement demeurent.

FATIGUE DU LENDEMAIN

Elle perdure longtemps après la crise, le lendemain on peut encore avoir à se remettre difficilement de la traversée de la veille.

FATIGUE DUE A LA PRISE DE TRAITEMENTS

Les traitements de crise comme de fond fatiguent notre organisme.
De plus il est courant que le traitement de crise parvienne à masquer la migraine mais que celle-ci agisse réellement de façon sourde, en arrière-plan, et génère donc une fatigue supplémentaire.

FATIGUE DE LA CHRONICITE DE LA MIGRAINE

Avec les années et la fréquence des migraines et des prises de traitements, on encaisse progressivement moins bien qu’avant ce qu’ils infligent à notre corps et à notre moral.

Alors OUI, il est admirable pour nous les migraineux de parvenir à accomplir nos vies personnelles, amicales, affectives, familiales et professionnelles.

Mise à jour le 12 septembre 2022

Consultez d’autres articles sur la migraine rédigés ou traduits par nos soins