La prévention


Les informations fournies sur ce site ne remplacent en aucun cas celles des neurologues spécialisés. Elles sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et le professionnel de santé.


Quel est le rôle de la prévention ?

Nous l’avons dit, le cerveau du migraineux est hypersensible, hyperexcitable. Certains éléments aggravent cette hyperexcitabilité. Le cerveau du migraineux supporte jusqu’à un certain point qu’on appelle le seuil de déclenchement de la crise de migraine. Plus ce seuil de déclenchement est haut, plus on peut tolérer, plus il est bas, plus rapidement arrive la crise.

Imaginez un bocal à poisson. Tant que le niveau d’eau est haut, le poisson se porte bien. Si le niveau baisse au point qu’il recouvre à peine le poisson, l’eau contient moins d’oxygène dissous et le poisson se sent très mal. Si l’eau n’est pas changée régulièrement pour rester à un niveau acceptable de pureté, le poisson se sent mal et ne trouve pas les nutriments nécessaires à son équilibre de santé.  

Le rôle de la prévention est donc de maintenir le seuil de déclenchement de notre cerveau le plus haut possible. 

Comment maintenir ce seuil de déclenchement le plus haut possible ?

En ménageant notre cerveau. En lui apportant tous les éléments nécessaires pour bien fonctionner et pour respecter son horloge interne. 

Notre corps dispose d’une horloge centrale qui coordonne le fonctionnement de chacun de nos organes. 

Le cerveau a donc besoin à horaire régulier de manger, dormir, se détendre. Toute rupture de rythme provoque un déséquilibre dans notre fonctionnement.  

Occasionnellement, cela n’a pas de conséquences et pour profiter d’un bon moment qui nous fera du bien cela peut être positif.

Néanmoins la régularité est indispensable. 

Il faut aussi veiller à :

  • être bien hydraté, boire régulièrement
  • manger assez et sainement, ne pas être en hypoglycémie
  • prendre du temps pour se détendre sans culpabiliser
  • prendre l’air régulièrement
  • faire de l’exercice doux

  D’autres facteurs peuvent favoriser les crises malgré toute cette hygiène de vie. 

  • Les variations hormonales chez la femme. Il faut en parler avec le gynécologue. 
  • Les déclencheurs : ce sont des éléments extérieurs ou internes qui provoquent la crise. Ils sont différents pour chaque migraineux. Les gérer peut vous aider. Voir onglet « Les déclencheurs ».
  • La prise trop fréquente d’antalgiques.