Les traitements de fond

⚠ Les informations fournies sur ce site ne remplacent en aucun cas celles des neurologues spécialisés. Elles sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et le professionnel de santé.


À quoi sert un traitement de fond ?

Nous l’avons vu dans l’onglet une maladie neurologique, le cerveau du migraineux est hyperexcitable, hypersensible.  

Selon les personnes mais aussi les moments de la vie ou l’évolution de la maladie, il peut être plus ou moins hyperexcitable.

Cela veut dire que le niveau auquel une crise se déclenche est plus ou moins élevé. Cela s’appelle le seuil de déclenchement. 

Le but du traitement de fond est d’augmenter le seuil de déclenchement afin que les crises se déclenchent moins facilement. 

L’objectif premier est donc la diminution du nombre de jours de crise par mois. Il agit aussi sur la durée et l’intensité des crises.

Quand un traitement de fond devient-il nécessaire ?

Le neurologue prend en compte différents paramètres :

Pour cela, l’outil indispensable est le calendrier des migraines. Plus de détails dans l’onglet « Calendrier« . 

Vous êtes partenaires de la mise en place du traitement. Sans de bonnes informations, le neurologue ne peut pas vous prescrire le bon traitement. Voir onglet « Préparer sa consultation »

Il n’y a pas de règles précises tant les cas sont différents d’une personne à l’autre. Le neurologue peut envisager un traitement de fond à partir de 3 jours par mois. Les enfants peuvent bénéficier aussi d’un traitement de fond quand la migraine impacte trop leur quotidien. 

Que peut-on attendre d’un traitement de fond ?

Un traitement de fond est dit efficace quand il diminue de moitié au moins la fréquence des crises et que les effets secondaires sont nuls ou très discrets.  

À l’heure actuelle, on ne guérit pas de la migraine et aucun traitement n’est miraculeux. 

Comme 40 gènes différents identifiés à ce jour sont impliqués dans la migraine, il n’existe pas de traitement qui fonctionne pour tous. 

Certains malades atteints de migraine ont 2 ou 3 gènes de susceptibilité sur 40. D’autres plus. En réalité, il y a autant de migraines que de migraineux.  

Les résultats des essais cliniques ne sont que des statistiques. Même s’il n’y a que 10 % de réussite, vous pourriez être parmi les chanceux pour lesquels le traitement est efficace.  

Combien de temps faut-il patienter avant de savoir s’il est efficace ?

Il faut environ 3 mois pour juger de l’efficacité d’un traitement. Souvent découragé, on arrête avant et on peut louper une chance d’aller mieux.

Faut-il avoir peur des effets secondaires ?

La plupart des effets secondaires s’estompent en quelques semaines, fatigue, somnolence, troubles digestifs, fourmillements… Ils ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Pour certains, il y a une prise de poids mais tout le monde ne prend pas des kilos. Cette prise de poids doit être limitée à quelques kilos sous peine d’entraîner des problèmes de santé liés au surpoids. Il vous appartient d’aborder ces questions avec le neurologue et de le contacter en cas de symptômes qui vous inquiètent. Il pourra vous rassurer.

Néanmoins, des idées suicidaires, une déprime intense inexpliquée, des éruptions cutanées nécessitent de contacter rapidement un médecin et le plus souvent d’arrêter le traitement.

À retenir : les notices sont utiles pour vérifier éventuellement si un symptôme peut être lié à la prise du médicament. Le plus souvent, il a des listes d’effets indésirables interminables pour que le laboratoire puisse couvrir toutes les éventualités. S’il y a une précaution d’emploi importante, le neurologue vous préviendra. Pour le reste, il faut essayer. Il y a des médicaments qu’on prend pour le rhume qui sont dangereux. Ce serait dommage de se priver d’une chance.

Il vaut mieux les utiliser après coup pour vérifier si un symptôme peut être lié et en parler à votre médecin si cela vous inquiète. 

Les traitements de fond les plus utilisés en France en juin 2021

Ce sont des traitements dont on a découvert, par hasard, l’effet sur les migraines. Ils aident néanmoins de nombreux patients.  

Ils agissent principalement en diminuant l’hyperexcitabilité du cerveau. Le mécanisme exact en est mal connu. 

Les neurologues disposent de recommandations dans le traitement de la migraine.  

Voici dans l’ordre les traitements recommandés :

Ces traitements se présentent sous forme de comprimés ou de gélules. On les prend tous les jours sans exception. 

Les traitements difficilement ou non disponibles en juin 2021

Le botox :

Prescrit partout dans le monde depuis plus de 10 ans, le botox vient tout juste de recevoir son Autorisation de Mise sur le Marché (AMM : mai 2021). Il n’est toutefois pas encore remboursé.

Selon les experts, le botox permettrait de bloquer certains signaux envoyés par les neurotransmetteurs aux muscles, notamment la douleur.

Le botox est injecté avec une aiguille très fine dans une trentaine de points d’injection très précis sur le crâne.

Le traitement est renouvelé tous les trois mois.

Que sont les nouveaux médicaments anti-CGRP ? 

Le CGRP est une substance présente à l’état naturel dans le corps humain. C’est un peptide relié au gène calcitonine.

Le système trigéminovasculaire, composé des nerfs trijumeaux et des vaisseaux sanguins qui tapissent le cerveau, est impliqué dans la migraine. 

Les chercheurs ont découvert que lors des crises de migraines, les nerfs et les vaisseaux du cerveau libèrent des quantités anormales de CGRP. Le niveau s’abaisse et revient à la normale après une crise de migraine.

Une fois libéré, le CGRP vient se fixer sur ces récepteurs spécifiques à la surface des neurones. S’ensuit la cascade d’événements qui conduit à la crise.

Pour les chercheurs, l’enjeu était d’empêcher le CGRP de se fixer au récepteur. 

Une autre difficulté résidait dans le fait que le cerveau est protégé par la barrière encéphalique, une enveloppe qui protège le cerveau. Très peu de substances peuvent la pénétrer. Il fallait donc pouvoir intervenir en dehors du cerveau. 

Or, le système trigéminovasculaire et la dure-mère sont en dehors du cerveau. C’est là que les anti-CGRP interviennent. 

Ces traitements sont les premiers à agir spécifiquement sur le système trigéminovasculaire lié à la douleur de la migraine. Ce sont les premiers vrais traitements de la migraine. 

Les 4 produits disponibles sur le marché actuellement fonctionnent différemment. Ça fait 4 chances d’être soulagé.  Mais là encore, ça ne fonctionne pas pour tout le monde.

Il existe schématiquement 2 modes d’action des anti-CGRP : 

A) En bloquant le récepteur du CGRP, le récepteur n’accepte plus le CGRP :

AIMOVIGInjection transcutanée à se faire une fois par moishttps://www.aimovighcp.com/

AIMOVIG est à ce jour, le seul anti-CGRP disponible, sur ordonnance, en pharmacie en France.
Attention : il n’est pas remboursé.

B) En empêchant le CGRP de se lier au récepteur et en bloquant le CGRP : une substance se fixe sur le CGRP et empêche qu’il s’accroche au récepteur du CGRP. 

EMGALITYInjection transcutanée à se faire une fois par moisSite Vidal / EMGALITY
AJOVYInjection transcutanée à se faire une fois par moisSite Vidal / Ajovy
VYEPTIInjection intraveineuse tous les trois mois réalisée à l’hôpitalwww.vyeptihcp.com/

Les anti-CGRP ne sont pas encore remboursés en France à ce jour. 

La Voix des Migraineux oeuvre à obtenir le remboursement de ces traitements. 

D’autres traitements arrivent. Il y a de l’espoir !

Par Sabine DEBREMAEKER

Dernière mise à jour : mai 2021 

Sources :

Pharmacomedical.org / Anti-migraineux les points essentiels / EUREKA SANTÉ Comment soulager la migraine ? / SFEMC Comment traiter la migraine ?
https://www.nature.com/articles/s41582-018-0003-1?WT.feed_name=subjects_antibody-therapy

https://www.revmed.ch/RMS/2019/RMS-N-667/Migraine-quelle-place-pour-les-traitements-biologiques

https://www.migrainetrust.org/living-with-migraine/treatments/calcitonin-gene-related-peptide-pathway-monoclonal-antibodies/