Femme et migraine

femme et migraine pexels

⚠ Les informations fournies sur ce site ne remplacent en aucun cas celles des neurologues spécialisés. Elles sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et le professionnel de santé.

Femme et migraine

Durant l’enfance, il y a autant de garçons que de filles migraineuses.

C’est à la puberté que l’écart se creuse. Les statistiques montrent qu’il y a trois femmes pour un homme.

Remarque : ce chapitre ne traite pas des traitements possibles. Il n’y a aucun traitement type. C’est au médecin d’étudier le meilleur traitement en fonction de vos antécédents médicaux.

Quelle est la définition de la migraine menstruelle ou cataméniale ?

Selon la classification internationale on distingue deux types de migraine menstruelle :

  • Migraine menstruelle pure sans aura

    Crises, chez une femme menstruée, survenant exclusivement le jour 1 ± 2 (c’est-à-dire les jours -2 à +3) de la menstruation, dans au moins deux des trois cycles menstruels et à aucun autre moment du cycle.

  • Migraine menstruelle pure avec aura

    Crises, chez une femme menstruée, survenant exclusivement le jour 1 ± 2 (c’est-à-dire les jours -2 à +3) de la menstruation, dans au moins deux des trois cycles menstruels et à aucun autre moment du cycle.

  • Pour repérer de façon rigoureuse les migraines menstruelles, il convient de tenir un calendrier des migraines où l’on note aussi le début des règles.

    Seulement 8 % des femmes souffrent exclusivement de migraines menstruelles.

    Les migraines menstruelles sont généralement plus longues et plus douloureuses. Les nausées et les vomissements sont plus fréquents. Elles répondent moins aux traitements de crises.

    Quel en est le mécanisme responsable ?

    Ce sont plus particulièrement les fluctuations de la production d’œstrogènes qui abaissent le seuil de déclenchement des migraineuses. Que cette variation provienne d’un mécanisme interne ou de la prise d’un traitement contenant des œstrogènes.

    Nous l’avons vu dans une maladie neurologique, le cerveau migraineux est anormalement sensible aux changements.

    Les étapes de la vie hormonale d’une femme

    Puberté

    Les organes sexuels de la femme, les ovaires, se développent à la puberté et commencent à produire des œstrogènes. Au début, les règles sont irrégulières. Ce bouleversement marque pour certaines femmes le début de la maladie migraineuse.

    Femme en âge de procréer

    Chez la femme, le taux d’œstrogènes commence à baisser 24 à 48 heures avant les règles et remonte à la fin. C’est la baisse du taux d’œstrogène qui est responsable des migraines dites menstruelles.

    Les contraceptifs comprenant des œstrogènes peuvent aggraver ou déclencher le phénomène.

    Le conseil est de ne prendre que des pilules faiblement dosées en œstrogènes, qui se prennent en continu. Le mieux est d’utiliser des pilules ne contenant que de la progestérone.

    L’Organisation Mondiale de la Santé contre-indique l’utilisation de contraceptifs oraux combinés à base d’œstrogènes chez les femmes souffrant de migraine avec aura de plus de 35 ans.

    La raison étant que les études montrent qu’il existe un risque relatif faible mais significatif accru d’accident ischémique transitoire pour les migraineuses avec aura par rapport à la population normale.

    Ce risque relatif est multiplié :

    Grossesse

    La grossesse est un moment merveilleux et le bonheur d’avoir un enfant est sans pareil. En travaillant main dans la main avec votre neurologue et votre gynécologue, vous traverserez cette période plus sereinement.

    Entre 50 et 80 % des femmes migraineuses sans aura connaissent une forte diminution de la fréquence des migraines durant la grossesse en particulier après le premier trimestre. Il n’y pas de règles. Pour certaines, les migraines menstruelles disparaissent définitivement après la grossesse et seules subsistent celles liées à d’autres déclencheurs. Pour quelques femmes, la migraine fait son apparition durant la grossesse.

    Par contre, les femmes migraineuses avec aura n’observeront pas de diminution.

    Important : Signalez toujours à votre médecin traitant ou à votre neurologue une grossesse ou un projet de grossesse. De nombreux traitements sont déconseillés. Il existe des solutions à discuter avec votre médecin.

    Prudence : L’apparition ou l’aggravation des maux de tête peuvent être un des premiers signes de pré-éclampsie, une des complications de la grossesse qui nécessite une prise en charge rapide. Une hypertension et des maux de tête sont des signes qui doivent alerter. Si vous êtes migraineuse, signalez-le à votre gynécologue et demandez lui conseil dès le début de la grossesse.

    Un site pour vous informer sur les médicaments et la migraine :

    https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/medicaments-et-grossesse

    Pré-ménopause

    Les ovaires arrêtent progressivement de produire des œstrogènes. Pendant un an ou deux en moyenne, les règles sont irrégulières, ainsi que la fluctuation d’œstrogènes. Une aggravation transitoire des migraines peut avoir lieu. La prise d’hormones de synthèse peut aider mais comme on l’a vu dans le cadre des migraines avec aura, il convient d’être prudent.

    L’hystérectomie ou ablation de l’utérus, en provoquant une ménopause artificielle à laquelle le cerveau n’est pas préparé, peut dans certains cas aggraver la fréquence des migraines.

    Dans tous les cas, il faut en discuter avec le gynécologue et le neurologue. Il n’y a pas de solution type. La préménopause est aussi une période où le sommeil peut-être perturbé et les émotions exacerbées. La prise en charge globale est indispensable. Des méthodes de relaxation et de méditation peuvent vous aider à passer le cap.

    Ménopause

    Pour les femmes dont les migraines sans aura sont uniquement liées aux hormones, c’est la libération. Cela ne concerne que 8% des femmes.

    La diminution peut prendre deux ou trois ans car, comme le fonctionnement des ovaires s’installe progressivement à la puberté, la diminution de ce fonctionnement se fait progressivement.

    Pour celles pour lesquelles c’est un mixte de variation hormonale et d’autres déclencheurs, cela fait un énorme déclencheur en moins et les migraines deviennent moins fréquentes et moins intenses.

    Dans le cas des migraines avec aura, les crises peuvent se poursuivre jusque tard dans la vie.


    Sources :

    Revised guidelines from French Headache Society for diagnosis and management of migraine (2021)

    OMS

    Premier Sommet Francophone de la Migraine, Jean Schoenen

    https://americanheadachesociety.org/news/migraine-contraceptives/

    https://www.nationalmigrainecentre.org.uk/migraine-and-headaches/migraine-and-headache-factsheets/migraine-menopause-and-hrt/

    Mis à jour Mai 2021